Tests telephone mobiles forum
Rechercher : 
 
  |  Inscription newsletter : 
 
Telephones mobiles - Test actualité prix deblocageTest telephone mobile - Abonnement forfait mobileAccessoires sonneries logiciels manuels deblocageActualité opérateur constructeur telephonesCommunauté forum mobiles
Bienvenue sur Graphmobile.com   |   Contact
Téléphones mobiles > Wiko > Wiko Cink Slim

Test Wiko Cink Slim

Wiko Cink Slim - Test complet du Wiko Cink Slim

Pages :  
     


Introduction

Dernier entrant dans le monde de la téléphonie, Wiko fait figure de Petit Poucet comparé aux Samsung, Nokia, HTC et consorts. Et pourtant, la marque ne manque pas d'atouts pour convaincre les Français, d'autant plus que l'arrivée en masse des forfaits sans engagement ni subvention de smartphone, il y a un peu plus d'un an, handicape les petits budgets. Le positionnement de Wiko, notamment avec son Cink Slim, facturé 139 € chez les revendeurs en ligne, assure aux plus modestes de se lancer dans le monde d'Android. Faudra-t-il concéder au terminal des défauts que les technophiles qualifieraient de rédhibitoires ? Pas si sûr avec le Slim.

WIKO CINK SLIM - Photo 1WIKO CINK SLIM - Photo 3WIKO CINK SLIM - Photo 9

Un petit tour du côté de la fiche technique du Wiko Cink Slim, qui n'aurait pas à rougir face à des concurrents plus onéreux. Le smartphone, sous Android Ice Cream Sandwich, arbore un écran LCD IPS de 4 pouces pour une définition de 480 x 800 pixels. Il est propulsé par un processeur double-cœur cadencé à 1 GHz et couplé à 512 Mo de RAM, sans compter ses 2 Go d'espace de stockage complétés par un port microSD. Pas de quoi avoir honte non plus en matière de photo, où le Cink Slim s'offre un capteur arrière de 8 mégapixels et une caméra frontale. Un équipement plus au-delà des attentes que l'on pourrait formuler au sujet d'un androphone situé sous la barre des 150 €, d'autant plus qu'il est compatible avec deux cartes SIM. 

Coffret et Design

Très reconnaissables à leur coffret noir et blanc, les appareils Wiko ne souffrent pas d'un déficit particulier en matière d'accessoires. Reconnaissons à la petite marque française son style appréciable : elle propose un boitier compact et élégant, lequel inclut un manuel d'utilisation, un chargeur secteur combinant une prise et un câble USB/micro USB amovible, ainsi qu'un kit oreillettes certes classique et peu confortable. Le minimum que se contentent d'assurer la plupart de ses concurrents, même pour des smartphones nettement plus onéreux.

WIKO CINK SLIM - Photo 2WIKO CINK SLIM - Photo 5WIKO CINK SLIM - Photo 8

Wiko ne démérite pas en termes de design. Designé en France et réalisé en Chine, le Cink Slim est décliné en diverses couleurs, dont le bleu dans notre cas. Le smartphone combine une coque arrière amovible à l'aspect peau de pêche agréable à la prise en main, un pourtour à effet métallisé pas désagréable à l'œil, bref un look très présentable sur un smartphone d'entrée de gamme. A l'avant, Wiko a opté pour un trio de touches Paramètres, Home et Retour, sous un écran de 4 pouces. Au-dessus de l'écran, un capteur de proximité et de luminosité, ainsi qu'une diode de notification. Si le placement d'une barre de réglage du volume sur la tranche gauche du Cink Slim ne surprend guère, on reste un peu plus dubitatif face à l'arête supérieure du téléphone. Elle inclut une prise jack 3,5 mm, une prise micro USB, et une touche particulièrement fine dédiée à la veille / allumage. Le port USB et le bouton étant presque collés l'un à l'autre, l'usage du Slim lorsqu'il est en charge ou en cours de transfert de données n'est pas des plus aisés, et les fans de docks soupireront... A l'arrière, n'oublions pas un capteur de 8 mégapixels accompagné d'un flash LED, ce qui reste plutôt rare sur des smartphones dont le positionnement tarifaire les classe parmi les entrée de gamme.

WIKO CINK SLIM - Photo 12WIKO CINK SLIM - Photo 13WIKO CINK SLIM - Photo 14

Le Wiko Cink Slim mesure 128 x 66 x 10 mm ; des dimensions dans la moyenne pour un smartphone de 4 pouces, mais pour un poids de 140 grammes plutôt élevé, d'autant plus qu'il semble très légèrement déséquilibré vers le haut du terminal. Reste qu'à la prise en main, l'ensemble est agréable, et suffisamment compact pour n'être utilisé que d'une menotte.

Utilisation Générale

Surprise ou non, les faits sont là : même pour un public d'habitués aux smartphones haut de gamme, utiliser un Wiko Cink Slim n'a rien d'une corvée. Le smartphone du français reste certes sans comparaison avec ses concurrents très haut de gamme - ses modestes benchmarks suffisent à en témoigner. Oserait-on lui en demander plus ?

Ecran

Commençons par l'écran du Cink Slim : sa dalle IPS LCD de 4 pouces se "contente", comme bon nombre de terminaux bien plus onéreux l'an dernier, d'une définition de 480 x 800 pixels. Rien d'exceptionnel ni de honteux, la précision est largement suffisante dans le cadre d'un usage classique, même si à l'ouverture d'une page web, le zoom sera indispensable. Hormis le fait que la fluidité et la réactivité sont de mise, les couleurs sont loin d'être honteuses chez ce Wiko. Les couleurs sont plutôt vives, et si les noirs s'avèrent plus gris qu'autre chose, et les blancs tirent eux aussi légèrement vers le gris. Quoi qu'il en soit, à tarif égal, il dépasse sans peine ses concurrents. Un détail quant au réglage de la luminosité du smartphone : il est possible de régler la luminosité, mais selon des paramètres prédéfinis, soit via un widget, soit dans les réglages du téléphone ; pas d'ajustement automatique au programme donc, et c'est un peu dommage.

Performances

Malgré un tarif peu élevé, le Wiko Cink Slim n'est pas particulièrement mal équipé. Il embarque en effet un processeur double-cœur cadencé à 1 GHz, de quoi s'en sortir allègrement dans le cadre d'un usage moyen. Le navigateur web s'en sort sans encombre, avec une bonne fluidité lors du zoom/dézoom, il lui est possible de jouer confortablement à des titres ne demandant pas des performances graphiques hors du commun (Temple Run 2 ne lui a pas posé problème), les applications s'ouvrent à une rapidité raisonnable, bref rien de notable à signaler.

WIKO CINK SLIM - Photo 22WIKO CINK SLIM - Photo 23

Personnalisation

Wiko a joué le minimalisme en termes de personnalisation. Si l'on apprécie la présence de quelques raccourcis sur la barre de notifications (les novices peineront à trouver le raccourci vers le mode silencieux, qu'il faut chercher d'un glissement vers la droite), la marque a préféré laisser son Cink Slim présenter un Android Ice Cream Sandwich 4.0.4 dans son plus simple appareil, hormis quelques icônes légèrement revues. On remarquera tout de même un choix sympathique de la part du constructeur, qui propose au mobinaute de faire son choix entre le lanceur d'applications (launcher, c'est à dire l'écran d'accueil et le menu) de base d'Android, ou GO Launcher EX, très bien fait et avec des effets 3D agréable à l'œil. Notez que Wiko, décidé à acquérir et à conserver ses clients, proposera d'ici le mois d'avril une mise à jour du Cink Slim vers Android Jelly Bean 4.1.

WIKO CINK SLIM - Photo 17WIKO CINK SLIM - Photo 15WIKO CINK SLIM - Photo 16

Double-SIM

Côté réseau, rien à signaler, le Wiko Cink Slim s'en sort bien, tout en gardant à l'esprit son DAS plutôt élevé (0,874 W/Kg). C'est bien sûr de ce côté que le Cink Slim se démarque, dans un paysage où les smartphones double-SIM sont encore rares. Deux cartes SIM (de format classique) peuvent ainsi intégrer le smartphone, qui autorise un basculement rapide de l'une à l'autre depuis la barre de notifications. Pratique, pour les professionnels comme pour les particuliers qui jonglent entre plusieurs numéros. Le Wiko Cink Slim, commercialisé en ligne, n'est pas bloqué ; vous pourrez donc y insérer une ou plusieurs carte SIM de l'opérateur de votre choix.

Autonomie

Doté d'une batterie de 1600 mAh, le Wiko Cink Slim se situe dans une bonne moyenne pour un smartphone de son format. Il tient sans problème une journée complète, et pourra peut-être, chez les petits consommateurs, pousser la chansonnette jusqu'à deux jours.



 

Pages :